AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrierFAQ

Partagez | 
 

 Greys, Tome 1

Aller en bas 
AuteurMessage
Sly
Admin
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Devant mon Mac voyons !

MessageSujet: Greys, Tome 1   Sam 8 Jan 2011 - 16:42

Disponible en format Flash-Livre (Chapitre 7 et 8 en ancienne version) :
Greys - Tome Premier

RETRADUCTION DE GREYS EN COURS !
(Chapitre 1 à 6 refait)


Cycle Premier : Nouveau Départ

Chapitre 1 : Le Destin commence par un sauvetage

-Pour Ravenholdt ! hurla une voix humaine dans le son métallique que faisait les épées et dagues entre-elles.
Une guerre sans merci se fit dans les Hautebrandes, une terre divisée
par deux factions, la Horde et l'Alliance. Elle est également disputée par deux organisations de voleurs, malandrins et autres tueurs toutes aussi puissantes l’une que l’autre, le Manoir de Ravenholdt et le Syndicat.
Il ne s’agissait cette fois qu’une simple conquête d'une colline ayant un point stratégique. Les deux rivales se disputaient parfois pour bien plus qu'un simple tas de terre.
Un homme se distinguait plus que les autres combattants, il portait un cache-oeil et avait une longue lame elfique à sa main droite et tenait avec une extrême habilité sa dague en forme de serre qui tranchait les corps adverses du Syndicat. Son nom faisait frissonner quand on le prononce, cet assassin n'ayant aucun reproche, aucune pitié se nommait Fahrad, un maître voleur. Un tueur diplômé mais aussi un grand mentor envers toutes les recrues du manoir de Ravenholdt qui se trouvait dans les hautes collines de Hautebrande.
Dans cette bataille, il n'avait pour une fois pas grand chose à faire,
il donnait des ordres aux tueurs qui se battaient contre l'ennemi et si un syndicaliste s’approchait trop, il était déjà mort.

-Vous ! Partez sur le flanc avec Errod et Healga tout de suite, hurla le Grand Maître.
-Bien mon commandant ! dirent les deux voleurs sans objecter.
-Deux autres vont avertirent les archers, nous allons frapper fort...

Le chaos était total, du sang souillait l’herbe verdâtre, des corps tombaient sous le coup des lames et des tueurs blessés adverses gisaient encore sur le sol lorsque sonna l'attaque à distance après que les troupes de Ravenholdt se sont retiré pour faire bouleverser la victoire que le Syndicat espérait.
Une pluie de flèches empoisonnées s’abattit au signal du maître et éradiqua tous les assassins du Syndicat.
Fahrad contempla le champ de morts et donna des ordres de sécurités ainsi que d’installer un campement fortifié par des barricades d’occasions. Il prit également le temps de s'installer non
-loin de la colline pour boire une gorgée de bière naine quand il vue un jeune gamin se faire agresser par des loups sauvages.

-Pfeuh… S'qui faut pas faire pour un gamin, cracha-t-il en levant les yeux au ciel.

Il sauta de rocher en rocher pour arriva jusqu'aux bêtes et les trancha d’un revers de la main qui tenait son arme favorite qui n'est autre qu’une lame d’elfe. Il s'avança vers le gamin et le dévisagea de haut en bas pour enfin conclure que ce sauvetage n'aurait rien donné en échange.
Ce petit n'avait pas grand chose sur lui, une chemise blanche, un pantalon beige et des bottes en cuir noir. Il avait les yeux de deux couleurs en un iris, du brun et autours un peu du bleu métallique voir presque gris. Il avait les cheveux banalement brun un peu foncé. Il devait surement être fils de paysan.

-Tu fais quoi là gamin ?
-Heu…Je me suis enfui et heu… répondit le jeune homme.
-Ton nom et où tu habites ? demanda l'assassin.
-Austrivage monsieur… oui Austrivage…
-Et ton nom mon petit ? dit Fahrad.
-Greys… Greys Efeln de Austrivage, répondit l'enfant en ayant une allure un peu plus fière.
-Et bien "Greys"… Tu vas rejoindre tes parents hein ?

L'enfant se mit en route sur le champ mais il se retourna et se revint devant Fahrad. Il esquissa un sourire fin et dit merci puis reparti au loin vers le village lacustre d’Austrivage.
Une fois Greys plus loin, Fahrad éclata de rire et retourna sur la colline pour continuer à diriger ses soldats et l'installation du camp.
Les bannières de Ravenholdt flottaient dans l'air du soir, Fahrad fut content de son assaut et se retira dans sa tente construite à la vas-vite pour nettoyer ses armes ainsi que son armure un peu tâchée et se reposer un peu avant de repartir pour le rapport auprès du Grand Seigneur Raveholdt.

***
Quelques heures plus tard au manoir Ravenholdt, Fahrad se trouvait déjà devant son maître. Avant que l'organisation fut fonder par une section du SI:7, ils étaient de très grand ami ayant pour but de servir le Roi Lothar d’Hurlevent.

-Il y avait un gamin aussi… dit Fahrad à mi-voix tout en prenant un verre d’eau.
-Et tu l'as aidé non ? C'est bien ce que je pensais… répondit Jorach Ravenholdt sur le même ton.
-Attaqué par des loups. Pendant que nous nous combattons entre guilde nous n'avons pas pensé à tourné la tête pour l'aider. Mais heureusement que j'ai pensé à le faire.
-C'est bien… Et son nom ?
-Greys Efeln, répondit l'assassin.
-Hmm… Un bien jolie nom pour un simple paysan de Austrivage.
-Vous voulez dire que… ? Vous allez le recruter ? répondit avec étonnement Fahrad.
-Non, il viendra tout seul vers nous et nous allons l'accueillir, de toute manière, c’est un fils d’Orind, dit-il en repartant dans ces quartiers pour établir des nouvelles attaques et divers ordres.
-Je vois… murmura le maître.


Chapitre 2 : Mensonges

-Mère ! Mère ! cria Greys en claquant la porte sa maison.
-Calme toi mon fils !

Sa maison était banal, une simple petite ferme de campagne de Hautebrande avec un joli toit bleu ciel surement repeint plusieurs fois.

-Mère, j'ai été attaquer par des loups ! Et… Et un homme en armure est venu me sauver !
-Je vois… Et tu l'as remercié ? répondit sa mère intriguée par l’homme.

Elle était grande pour une femme, avec une longue chevelure noirâtre, des yeux bleus de velours et un visage fin. Elle s'appelait Erinda. Une mère très patiente envers Greys qui faisait souvent des bêtises.

-Oui bien sûre ! Mais c'est étrange, il avait un bandeau sur son oeil ! dit le petit.
-Un…Un bandeau sur son oeil ? dit sa mère ne étant choquée.
-Oui !
-Oublies ce monsieur veux-tu ?
-Ohh…Pourquoi ? fit Greys en prenant une triste mine.
-Car c'est comme ça ! Vas dans ta chambre maintenant !

Greys partit dans sa chambre où il retrouva son chien, Joe, un animal très joueur avec un poil beige fin et soyeux ainsi que des yeux marrons comme un marrons tout chaud.

***
Un homme était là, caché sur un toit proche de la petite ferme au toit bleu ciel. Il n’esquissa qu'un sourire sournois et sauta du toit pour atterrir facilement sur le sol un peu pâteux.

-C'est donc ça la maison de "Grrrreys" ? dit-il à mi-voix.

Cette homme avait sur lui une arbalète à l’allure effrayante, ainsi qu'une dague très simple mais sans doute extrêmement mortelle était attachée par une corde à son armure de cuir noir. Son visage était caché par une cagoule encore plus sombre que sa tunique. L'intrus s'approcha de la maisonnette et vit, à travers la fenêtre, une femme assise sur une chaise. Il commença à tourner la poignée de la maison quand soudain un homme vint l'attaquer violemment au visage avec une lame. Du sang gicla du visage de l'homme en noir qui s'écroulait pitoyablement sur le sol. L’autre homme, comme si rien ne c’était passé, ouvrit la porte.

-Oh ma chérie ! Comment vas-tu ? dit l'homme tout en refermant la porte.
-Tiens Orind, tu ne devais pas rentrer demain ?
-Oui mais mon séjour c'est terminé plus tôt.
-J'espère que tout c'est bien passé mon coeur, dit Erinda en l'embrassant.
-Oui… Très bien, répondit Orind en cachant sa dague sanglante derrière son dos. Et le p'tit ?
-Dans sa chambre.
-Bien je vais le voir.
Orind entra dans la chambre de son fils tout en ouvrant silencieusement la porte et le découvrit entrain de dormir paisiblement. Il referma la porte doucement et se dirigea dans sa chambre en soufflant les bougies qui éclairaient le couloir. Il resta un moment dans le couloir comme si il attendait quelque chose. Il ferma les yeux et dit à voix-basse :

-Le corps du gars...

Il soupira un coup et se rendit vers la porte d'entrée où il l'ouvrit et revu le cadavre. Il prit soin de le placer dans une ruelle à côté pour faire croire à une dispute entre alcoolique tout en prenant la dague ainsi que la cagoule orange et en déposant une chope à côté du mort, puis il repartit banalement vers sa maison où son lit l'attendait.


Chapitre 3 : La mort peut venir à tout moment.

Deux ans sont passés après l'attaque des loups contre Greys, mais encore les rumeurs planaient sur ce mystérieux homme qui l'avait sauvé. Orind était perplexe pour son fils, il savait qui était l'homme en question car il avait travaillé pour lui un temps où il n'était pas boulanger, mais assassin. Malgré ça, Orind gardait toujours l’expertise des armes.
Il se leva tôt ce matin là, il prit également le temps de prendre un déjeuner simple, du pain avec de la confiture de pomme que sa femme a faite. Il le finit et partit sans bruit de la maison.
Le père marcha pendant des heures dans les prairies et collines de Hautebrande jusqu'à trouver une caverne bien gardé par deux hommes portant une tunique noire et un insigne de Ravenholdt.

-Hey bah ! Qui voila ? Orind la feuille-vive, dit un des gardes.
-Ouai'p, ce bon vieux Orind qui fait quoi ici d'ailleurs ? dit l'autre.
-Je viens pour parler à Fahrad.
-Boarf… Tu n'as pas beaucoup de temps, il va partir pour mission, fais vite l'ami !

Orind s'avança dans la grotte où il vit déjà le bout et également le splendide manoir de Ravenholdt. Des recrues et des gardes le regardaient entrain d'avancer dans le sentier qui conduisait à la porte. Fahrad était là à le regarder. Il l'attendait apparemment, avec un air très décontracté
-Ah ! Orind, tu sais que j'ai vue ton fils il y a longtemps non ? dit le maître.
-Oui… Tu vas le tuer ? Ou… questionna Orind.
-C'est bien ce que je pensais, viens, répondit Fahrad en lui montrant deux sièges ainsi qu’une table dans le jardin devant le bâtiment.
-Je vois que tu aimes toujours ce coin non ?
-Oui c'est un peu mon endroit de détente. Tu sais les temps sont de plus en plus durs, il y a moins de personnes qui s'engagent.
-Retournons à ma question. Vas-tu le tuer ?
-Ton fils ? lança Farhad, non pas du tout. Il y aurait même un p'tit signe comme quoi il nous rejoindrait. Je sais pas mais Jo' le pense aussi.
-Je vois… Et en parlant de Jorach, il va bien ?
-Oui, oui. Il se fait quand même vieux avec le temps ! dit-il en éclatant de rire.

Les deux confrères se dirent leurs anciennes aventures avec humour voulant, s’ils le pouvaient, revenir voir les scènes. Orind dut partir malheureusement. Ils se saluèrent et le père apaisé par ce que Fahrad a dit à propos de son fils et que le manoir allait le protéger en cas de raid du Syndicat.
La nuit allait déjà tombé, Orind se rendit à sa petite ferme tranquillement regardant à travers la fenêtre de la taverne. Il rit quand il vit la bonne vieille Elly qui essayait de ressaisir un nain ivre. Mais son moment d'inattention fut fatal.
Deux hommes le poussèrent dans la ruelle à côté avec un poignard à la main tout en menaçant de tranchant le cou du pauvre Orind. L'un d'eux dit une phrase incompréhensible mais le prisonnier sut que s'était sa fin et le sait par qui… Le Syndicat.

-Une chose à dire ? dit l'un des deux agresseurs.
-Juste que vous mourriez vous aussi et que ma mort n'aura pas servie à rien !

La lame froide de l'assassin finit par traverser la gorge du pauvre homme.

-Il faut qu'on bouge… dit l'un des tueurs.
-M'ouai, jettes le cadavre dans la mer. Il ne faut plus aucune trace.
-Pourquoi c'est toujours moi, hein ?
-Car t'es moins gradé que moi donc je suis ton supérieur et tu dois obéir à ton supérieur ! Clair ?!
-Bien, grogna l'assassin.

L'agresseur prit le corps d'Orind et le traina vers la mer pour le jeter dans la mer encore endormis.

***

-Alors vous l'avez tué ?
-Oui mon seigneur… Son corps doit être entrain de se faire manger par des êtres aquatiques… dit l'un des assassins de Orind.
-Parfait alors, dit un homme en capuche ainsi qu’une robe noire. Vous serez donc récompensez.

Il lança deux bourses au sol, chacun des deux en prit une. L'homme en capuche fit un geste de la main comme signe de rompre les rangs et les assassins partirent. L'homme quitta le lieu de rencontre qui était une des anciennes tours de Lordaeron en Hautebrande appartenant au Syndicat depuis la première invasion des orcs.


Chapitre 4 : Départ

Le village de Austrivage a apprit la mort de Orind qui était un grand ami de tous mais aussi un bon père. Ils firent donc un enterrement digne de son honneur. Le monde autour de Greys et de sa mère n'était plus que tristesse et mélancolie, la vérité était bien cachée à propos de ce meurtre qu’on faisait dire être un «vol» qui avait mal tourné.

-Donc il est mort, agressé violemment et sans pitié, dit une personne dans l’ombre qui observait les funérailles.
-Fahrad, je pense que la confrérie est en danger, dit une voix masculine.
-Mmmh… Ceci est bien troublant. La mort de Orind puis son fils ou sa femme sur la liste, non ? dit Fahrad.
-Oui ceci l'est très, dit un homme vêtu de blanc.
-Déployez donc des gardes pour protéger le p'tit, dit le maître. Il ne doit pas périr.
-Bien mon seigneur, dit les deux personnages en faisant un révérence tout en se retirant rapidement dans l’ombre des arbres environnants.

Fahrad resta là à observer le garçon et sa mère au dessus du cercueil noir avec des filigranes argentés parsemé de fleurs.

-Quelle tristesse… dit Fahrad à voix-basse tout en baissant sa capuche.

Il partit dans l'ombre pour rejoindre ses confrères tout en songeant au courage que Greys a. Il tient bon ce gamin, répéta-t-il souvent en marchant vers la cachette.
Les temps de paix sont révolu depuis un bon moment. Le monde d'Azeroth n'est plus le même qu'avant. La Horde des Orcs et l'Alliance se battent sans cesse et ces nouvelles organisations gobelines également, mais surtout le pire est les voleurs et autres assassins...
Des camps de tueurs de l'ombre se créent tout les jours pour envelopper le monde par des guerres silencieuses mais sanglantes où le sang coule à flot ainsi que des cadavres par dizaines disparaissant subitement après le conflit. Les temps sont sombres, très sombres.

***
Beaucoup de monde pleurait la mort de ce compatriote. Greys et sa mère rentrèrent chez eux mais sur le palier de la porte, ils découvrirent une personne en capuche avec deux grandes oreilles qui dépassèrent à travers possédant une magnifique armure noire et verte avec des filigranes en or tracés soigneusement dessinant ces traits féminins, son visage était caché par l'ombre sauf son nez fin dépassait Serait-ce une elfe ?

-Greys Efeln ? dit l'étrangère.
-Que faîtes vous ici ? dit à voix haute Erinda.
-Je viens chercher votre fils, il court un danger madame. Et toutes mes condoléances pour votre mari, dit tranquillement l'elfe.
-Et pourquoi je devrais vous laisser la garde de mon fils ? Je sais très bien défendre mon enfant ! dit la mère interloquée.
-Car il est en danger de mort comme votre tendre, répondit la femme en capuche encore plus calme.
-Qu'avez vous à voir avec Orind ? Hein ?!
-Votre mari était une personne de confiance et un grand mercenaire, dit à voix basse l'elfe.
-Vous voulez dire que… Un… bégaya l'humaine.
-Oui, c'était un assassin de Ravenholdt.
-Un assassin, murmura Greys.
-Oui, petit. Maintenant c'est toi qui est en danger, dit sérieusement l'elfe. L'ennemi te cherche, nous pourrons te protéger et même t'enseigner l’art de la dague et de l’ombre, si tu le souhaites bien entendu, dit l’intrus tout en dévoilant un petit sourire dans l’ombre de sa capuche.
-Cela cesse... Si c'est ce qu'il faut pour mon fils, dit la mère en versant une larme. Ceci sera fait.
-Votre choix est le meilleur dame Efeln, votre fils sera en sécurité, dit l'assassine. Va préparer tes affaires Greys.

Greys fit ses valises en vitesse et partit avec l'elfe qui l'attendait dans le salon avec à la main une tasse de thé que Erinda avait offert.
Son nom est Simone Cantrell, une architecte et paysagiste de Ravenholdt, elle s'occupe également des poisons que les assassins utilisent avait-elle dit juste avant que Greys monte sur le cheval brun.

-Tu es bien assis ? dit l'elfe.

Greys hocha de la tête en signe de "oui".
Après avoir dit des consignes à la mère de Greys, le cheval partit au galop immédiatement à travers les plaines et les champs des contreforts d'Hautebrande.


Chapitre 5 : Le manoir de Ravenholdt

Après une heure de voyage, Greys et Simone arrivèrent enfin devant la grotte gardée par deux hommes protégeant l’accés au manoir de Ravenholdt. Un garde demanda quelque chose à l’elfe dans une langue étrange. Après une réponse de Simone, les deux cavaliers descendirent de la monture et partirent dans la sombre grotte menant au magnifique manoir scintillant au soleil alpin qu’offrait sa position.
Ils franchirent l'arche qui terminait la grotte et Greys fut surpris de voir qu’il n’y avait personne à part quelques gardes.

-Où sommes nous, dit l'enfant.
-Voici le manoir de Ravenholdt, le domaine des assassins engagés par Jorach Ravenholdt lui même, expliqua sa guide.
-C'est très grand ici.
-Oui très et c'est encore plus grand à l'intérieur, dit un homme qui s'approchait de Greys et Simone.

Il était vêtu d'une armure familière et avait un bandeau sur l’oeil étrangement reconnaissable de la part de Greys.

-Je présume que c'est Greys, dit l'homme calmement.
-Oui, c'est le fils d'Orind, affirma l'elfe.
-Il a les traits de son père et son même regard, viens avec moi p’tit.

Greys le suivit sans dire un mot, il savait qu'il l'avait déjà vue mais où ?
L'homme fit visiter le manoir avec toutes les pièces que composent cette noble institut qui est également un refuge pour tous voleurs.
Il indiqua une gigantesque tente avec à l’intérieur des tables et des bancs et au fond une sorte de cuisine avec divers réchauds et autres ustensiles culinaires.

-Greys, tu vas manger ici, d'ici quelques minutes par ailleurs.
-Merci Sir, mais quel est votre nom ? demanda Greys timidement.
-Fahrad, nous nous étions rencontrons lorsque des loups t’ont attaqué ! Je vois que ta mémoire n'est pas très bonne, p'tit !

Une cloche sonna d'un bruit sourd et une ruée de personnes débarqua dans la tente pour prendre rapidement place sur les bancs, prêt à manger.

-C'est l'heure de manger on dirait ! déclara Fahrad.

Greys prit son assiette au comptoir et s'installa avec d'autres personnes. Le temps dans cette tente semblait avancer tellement vite que la nuit était déjà depuis longtemps tombée.
Il suivit un majordome très sérieux et a l'air coincé jusqu'à sa chambre et se mit directement dans son lit pour fermer les yeux et dormir après cette drôle de journée.


Chapitre 6 : Un assassin n'est pas un saint.

L'aube se lèva tranquillement à l'est, les animaux commençaient à frémir et Greys se réveilla tranquillement. Il remarqua que plus personne était dans sa chambre, il se leva et s’habilla en quelques secondes.
Il sortit en courant et trouva Fahrad assis sur un mur du domaine de Ravenholdt. Il examina les alentours, personne, il s'approcha du maître.

-Ah, Greys ! Je t'attendais, dit l'homme en se retournant vers lui. Vois-tu, les autres sont allés faire une "balade" pour s'entraîner un peu.
-Et moi ? questionna Greys.
-Toi, tu vas venir avec moi. Le Seigneur veut que je sois ton… entraîneur en quelques sortes.
-Génial ! On commence quand ?! dit le jeune excité.
-Tout de suite, suis moi. On doit t'équiper avant !

Fahrad fit un geste de la main au garçon pour qu'il le suive, ils entrèrent dans les sous-sols du domaine qui est l’armurerie.
Fahrad donna à Greys plusieurs habits en cuir lourd d'un sublime noir foncé, il s'habilla immédiatement. Une fois vêtu, le maître alla chercher une dague avec des runes étranges qui étaient d'un bleu ciel brillant.

-C'était la lame de ton père. Une lame voleuse-de-vie, utilises la uniquement en combat, jamais en entraînement, expliqua Fahrad. En attendant pour d'entraîner du prendra celle-ci.

L'homme lui donna une épée longue fine et très bien dessiné, sûrement une lame elfique destiné aux raids des mercenaires.

-Je pense que tu l'as deviné. C'est une lame elfique, très légère et facile à manier. On s'en sert souvent pour les entraînements voir même pour des quêtes. Garde la bien, car on n'en donne qu’une seule et unique par recrue, en même temps elles sont plutôt chère et pour les importer je te dis pas le prix !
-Bien seigneur Fahrad, dit Greys en pesant la lame.
-Maintenant, c'est parti pour l'entraînement. On va commencer d'abord avec les bases. Un assassin, ce n'est pas un saint. Il tue pour tuer, se défend pour se défendre, attaque pour attaquer, clair ?
-Je tuerai des gens ?
-Non tu es encore très jeune, dit Fahrad en riant de plus belle.

Le jour allait être long pour Greys car l'entraînement de Fahrad n'était pas facile, bien au contraire. Les exercices d'un assassin est très dur et prend du temps à bien savoir les bases.
Quelques heures plus tard, quand le soleil commençait à disparaître dans les montagnes, la cloche du souper sonna. Greys était encore entrain de s'entraîner mais Fahrad ordonna qu’il ait manger pour reprendre des forces.
Le gamin se rendit à la cantine où il n’y avait personne. Il allait devoir manger seul aujourd'hui. Greys prit un peu de tout, comme toujours. Le cuisinier mangeait avec lui pour lui tenir compagnie.
C'était très étrange pour lui de voir personne dans cette tente qui pour d’habitude est très peuplée.
Il finit son repas et remercia le cuisinier de sa compagnie, puis il alla de nouveau vers Fahrad pour continuer son entraînement.
Greys prit une position défensive et l’entrainement commença.

***
-Mais qu'est-ce que vous faîtes bon dieu ! Passez sur le côté droit, hurlait une voix.
-L'ennemi va nous encercler, nous devons partir en retraite, répondit une autre voix.

Des cris, du sang, des corps inertes, encore une guerre qui s'annonçait dévastatrice au niveau des troupes.
Les troupes orcs attaquaient avec une grande ardeur et brûlant de massacrer des personnes. Les troupes de Ravenholdt avaient été appelées par le SI:7, une organisation de voleur d’Hurlevent créée par le Seigneur Lothar au début de la construction de la ville.
Une grande bataille faisait rage sur les terres d’Arathi, des stratèges commandèrent les escadrons pour défendre les terres humaines des orcs. Soudain, des machines de guerres arrivèrent… sous le son des tambours de guerre de la Horde des Orcs. Il était temps de lancer le feu des enfers.
Un homme cria un mot, les troupes de Ravenholdt ainsi que celles du SI:7 partirent en retraite avec à leurs poursuites des rochers géants s’abattant sur ceux qui n’étaient pas rapide. Une nuée de flèches rougeoyantes perça dans le ciel comme un nuage rouge pour s’écraser sur les orcs. Un silence absolue arriva, les peaux-vertes furent tués jusqu'au dernier grâce à cette ultime assaut des voleurs. Des cris de joies sonnèrent la victoire pour les troupes humaines.
Les deux commandants, le jeune Osborne et Jorach Ravenholdt, reprirent leurs restes de troupes tout en emportant les défunts amis tombés au combat pour l’Alliance.
***
Le soleil se coucha tranquillement et le raid de Ravenholdt défila devant Greys, Fahrad et le cuisinier qui les applaudirent avec mérite de leur courage.
La nuit allait tombé et les braves gens pourront se reposer après cette dure bataille.

C'était une belle nuit et victorieuse pour les deux nations alliées humaines.


Dernière édition par Sly le Dim 20 Mar 2011 - 12:24, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilmiñe
Admin
avatar

Messages : 201
Date d'inscription : 26/12/2010
Age : 26

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Lun 17 Jan 2011 - 11:08

...
La suite..? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sly
Admin
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Devant mon Mac voyons !

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Dim 30 Jan 2011 - 20:27

( Voici un départ du cycle deuxième avec 2 chapitres ! )

Cycle deuxième : Secrets et Ombres

Chapitre 9 : Le Voyage

-Etait-ce une bonne idée de l'envoyer là-bas, dit Fahrad.
-Oui Fahrad, il est doué et le sera, dans ce domaine…
-Mais Jorrach… Il n'est qu'un gamin.
-Je sais, mais avec un grand potentiel, dit le Seigneur Ravenholdt.

Farhad partit après avoir saluer son seigneur. Il eut quand même une petite émotion dés le départ de Greys. C'était quand même son meilleure et premier élève.
Il se souvint de la fois où il l'avait sauvé des loups, un petit jour pour lui, mais pour Greys s'en était un grand. Il marchait dans les couloirs du manoir, seul.

-Hmmm, j'espère qu'il reviendra, dit Fahrad dans un murmure.
***
Le vent hurlait fort, la mer était déchaîné ce jour là. Greys et Simone Cantrell était encore à quatre jours de Cabestan, sauf que cette tempête allait les retarder beaucoup.
Les jours étaient passé rapidement, c'est toujours comme ça en mer. Et une fois arrivé, on se rend compte que nous avons passé des jours et des jours. Le bateau était un Brise-glace, ils allaient passé par le nord, en temps normal ce genre de bateau tenait bien les tempêtes, mais ce jour ci était très étrange. Beaucoup trop pour que le navire qui transportait l'équipage flanche à certaines reprises. Ils avancèrent dans les mers, leur situation était vers le nord de Kalimdor, l'ancienne terre. Elle est domaine des Elfes de la Nuit, Taurens et Orcs.
Ces êtres sont respecté pour leur sagesse mais ils peuvent être d'une grande violence.

Le temps est passé moins vite qu'avant, les quatre derniers jours étaient lent et long. La bateau accostât au ponton de Cabestan.
L'Equipage fit des manoeuvres pour pouvoir y attacher les cordages. Le bateau n'allait pas y rester toute une journée, mais uniquement quelques heures de quoi déposer les bagages des deux aventuriers. Une fois que tout cela est fait, Greys et Simone partirent louer des griffons pour pouvoir aller au plutôt à Azshara. Ce n'était pas très loin à vol de griffon, trois bonnes heures environ. Il suffisait de suivre la rivière Furie du Sud.
Des nuages s'annonçaient aux abords de Orgrimmar. Mais ceci n'était rien pour l'instant, il allait surement pleuvoir avait dit Simone.

Une heure plus tard ils étaient arrivé à destination, la tour se dressait fièrement sur une des plateformes naturelles que possède Azshara. Ils allaient rencontrer un maître respecté par les assassins et également ami de Jorrach Ravenholdt.
Greys sait déjà ce qu'il va enseigner, un camouflage magique que peu de monde le connait.

Chapitre 10 : Fou ou Maître ?

Greys et Simone finirent de descendre de leur monture quand ils furent surpris par une brume qui vint subitement devant eux. La brume s'évapora pour laisser place à un chat noir des plus étranges. Mais ce qui était encore plus étrange c'est que ce chat commençait à bouillonner comme une marmite en ébullition. Les deux voyageurs firent quelques pas en arrière et ce chat commençait à prendre forme d'un humanoïde en robe d'ébène très sombre. Dans toutes les évidences, cet être était sûrement Xylem, le maître des ombres.

-Vous êtes les deux initiés de Ravenholdt… ,dit le maître.
-Oui, répondit Simone qui tenait Greys proche d'elle.
-Bien approchez, Simone et Greys… C'est comme cela que nous vous nommons dans ce monde, non ?

Les deux hochèrent la tête en étant surpris, cet archimage était-il vraiment humain ou est-ce encore un démon ?
Xylem fit un geste de le suivre dans sa demeure, il murmura quelques mots dés qu'ils arrivèrent devant la lourde porte de pierre de la tour. Instantanément, le groupe ce retrouva dans la grande salle. Simone et Greys étaient en désorientation, d'abord la transformation, le nom puis maintenant la téléportation, mais qui est ce fou ?

-Dépêchons voyons, nous n'avons pas beaucoup de temps, dit l'archimage.
-Sir, le temps pour faire quoi, questionna Greys timidement.
-Pour t'entraîner, dit Xylem avec un large sourire.

Ils montèrent la tour, les escaliers semblaient infinis. Etaient-ils aussi magique ou bien est-ce la tour qui était très grande ?

-Greys, restes près de moi pour l'instant et fais attention à lui, murmura Simone près de l'oreille de Greys.
-Ne vous en faîtes pas, ma chère. Votre protégé est en sécurité avec moi, répondit aussitôt le maître.
-Dîtes donc vous, vous n'en avez pas marre d'écouter tout le monde et de savoir tout, dit-elle avec un ton de colère dans sa voix.
-Point du monde, dame elfe !
-Vous avez de la chance que vous soyez un de nos alliés…
-Et j'en suis bien heureux, répondit Xylem avec un autre sourire. Pour tout vous dire ces escaliers n'en finiront jamais. Enfin pas pour le moment.

Greys et Simone s'arrêtèrent net pour reprendre les esprits. Avait-il vraiment dit que ces escaliers n'en finiraient jamais ou est-ce encore une farce ce disaient-ils. Simone tourna la tête vers Greys et lui de même, ils n'en croyaient pas leurs oreilles, ce fou était entrain de les faire tourner en rond et tout ceci pour ne rien atteindre. Qu'allait-il leurs réserver ?


Chapitre 11 : La petite tour et la grande plaine

Les trois "escaladeurs" continuèrent de monter marche après marche la tour à l'étrange intérieur. Lorsque Xylem s'arrêta net, Simone fit un bon en arrière en dégainant une dague.

-Pourquoi arrêtez-vous maître ? dit Greys en rétablissant son équilibre pour ne pas tomber.
-Nous sommes arrivé, voyons !
-Comment ça ? Il n'y a rien, déclara l'elfe colérique.
-Qui vous a dit qu'on ferait un entraînement dans une ridicule tour ? Vous allez bien voir, attention vos yeux !

Le mage s'avança en murmurant quelques mots, un son grave se fait entendre et soudainement, dans un éclair aveuglant, les escaliers infinis devinrent une plaine à perte de vue.

-Première leçon, dit le sorcier en marchant en rond, ne jamais perdre espoir devant quelque chose d'infini comme… Les escaliers ou bien la pente infinie.

Il ferma les yeux et une pente se dirigeant vers les cieux apparue. Greys et Simone n'en croyait plus leurs yeux et à se demander s'ils étaient dans un rêve ou non.

-Impressionnant non ? demanda Xylem.
-Oui très, bégaya Greys.
-Regardez maintenant vos ombres.
-Il n'y en a aucune, dit Simone en se retournant sur elle même pour l'apercevoir.
-Parfaitement, déclara le maître. Ici il n'y en pas, il va donc en falloir pour exercer les talents d'un larcin, non ? Mon p'tit, on t'as appris à faire du feu sans bois, fais le donc pour avoir de l'ombre.

L'enfant sortit de sa poche un parchemin ainsi qu'un drôle d'instrument avec une roulette. Il cliqueta plusieurs fois la roulette et une flamme apparue, Greys alluma le parchemin qui s'embrasa et prit la forme d'un feu de camp simple.

-Parfait, l'entraînement physique peut commencer, déclara Xylem.

L'elfe s'installa près du feu en regardant Greys et son drôle de maître entrain de parler. Elle songea un instant qu'elle avait confié un enfant à un fou, mais vu de loin ce professeur semble parfaitement inoffensif. Le feu crépita tranquillement et l'elfe s'endormit étrangement.

-Bravo p'tit ! Tu sais très bien t'occuper d'endormir des personnes à distance avec une fléchette !
-Merci, répondit Greys en souriant.
-Mais sache, utilise plutôt sur des cibles que sur des alliés, sinon ton amie va encore me crier dessus ! As-tu des questions ? interrogea Xylem.
-Oui une… C'est quoi cette plaine ?
-Ceci, dit le sorcier en indiquant les vastes étendues, c'est mon terrain d'entraînement. Il suffit que je pense, je bouge, je claque ou autre de la sorte, et les paysages apparaissent ou bien des bâtiments. C'est la magie de l'imagination vois-tu.
-Je peux faire pareil ?
-Avec de l'entraînement oui ! Maintenant il va falloir te reposer, dit le maître en claquant des doigts pour qu'une maisonnette apparaisse. Je te laisse t'installer, j'ai autre à faire.

Greys marcha vers la maison quand il s'arrêta et pensa à Simone encore endormie. Il s'empressa de la réveiller et de l'emmener voir son loi pour la nuit quand il découvrit qu'elle l'attendait toujours près du feu avec un visage montrant ça colère envers lui.
Greys s'excusa milles fois et les deux partirent s'installer.

Simone entrouvrit la porte de la maison et poussa un gros étonnant. A l'intérieur, le bâtiment était telle qu'une citadelle presque aussi grande que Lordaeron.
Une table avec deux chaises et des plats sous-verre étaient là prêt à être dévoré. Il y avait également une porte au fond qui donnait sur deux corridors, sûrement les chambres.
Les deux aventuriers s'installèrent et commencèrent à manger les différents et délicieux plats qui se présentaient. Ils se sentaient drôlement… en sécurité.

Chapitre 12 : L'Esprit...

La nuit fut tombée rapidement sur le royaume magique où Simone et Greys logeaient ainsi que sur l'Azeroth, ils avaient déjà bien bravé des tempêtes lors de leur voyage pour venir jusqu'à ce lit bien douillet et chaud mais maintenant… Ils peuvent se reposer tranquillement sauf que…

-Nous sommes de Draenor, chuchota une voix dans la chambre des deux compagnons. Nous n'avons pas de but sauf massacrer… Ceci est notre triste histoire qui nous anime. Mon monde se déchire petit à petit. Vous n'êtes pas prêt à l'invasion, êtres faibles.
-Hein quoi ?! hurla en sursaut Greys.
-Calme toi p'tit, fit une voix derrière la porte, ce n'est que des esprits du passé qui racontent le futur.
-Maître Xylem ?
-Oui, ne t'en fais pas, ici tu n'as rien à craindre et ces esprits sont bons et donnent également de sages conseils.

Greys se tourna vers l'elfe qui dormait encore, il supposa qu'elle n'avait pas entendu la prédiction. Il regarda a nouveau vers la porte, rien, plus un bruit. L'enfant replongea dans son sommeil en repensant à ces fantômes.

-Tu songes beaucoup petit être, tu es étrangement calme… Cette invasion sera pas la dernière, reprit la voix, ils n'en n'ont pas terminé et leur soif de sang n'est pas repue. Va, dors, tu auras biens des sacrifices et des tourments à supporter plus tard.

L'apprenti ouvrit un oeil et aperçu un orc, un chaman peut-être. Il mémorisa son apparence avant de s'endormir une nouvelle fois.
***
Le lendemain matin, Greys fit part de toutes les révélations de la nuit précédente en expliquant chaque détail. Simone se bagarrait avec Xylem pour s'avoir si c'est des simples esprits ou bien des anciens protecteurs.
D'après une lettre des renseignements de Ravenholdt apporté par un domestique d'arcane, Xylem serait un archimage aux pouvoirs fantastiques qui sait également maîtriser l'ombre comme peu de mage le sait faire. Il serait également un peu "fou" et ceci n'étonne personne. La lettre disait peu de chose mais suffisant pour dire qu'il est bien fou d'origine.
La journée allait bien se passer.

Plusieurs heures passèrent après avoir prit le dîner, Greys apprenait à manier la gravité pour pouvoir reprendre ses armes même à distance de plus de 10mètres. Maintes fois, des tentatives échouèrent sous les yeux de Simone.
L'archimage s'approcha de Simone tout en disant :

-C'est un bon garçon, vous savez ?
-Oui je sais, soupira l'elfe.
-Il va devenir quelqu'un et ceci vous ne le savez pas.
-Comment ça ?
-Et bien… Ceci est dur à expliquer pour une elfe qui confond les esprits avec les anciens "protecteurs"…
-Parlez, il s'agit de mon protégé ! gronda Simone.
-Oh calmez vous donc, dit Xylem en reculant. Il avait juste des sortes de transes la nuit dernière avec un esprit et Aujourd'hui quelqu'un de particulier devrait venir…
-Je vois, je vois… Laissez moi maintenant.

L'elfe chassa l'humain de la main en se demandant qui pouvait être cette personne "particulière".

Chapitre 13 : …et le Gardien.

Plusieurs heures passèrent après l'entraînement, le repas du soir presque finit, Xylem se leva de sa chaise.

-A vous voici enfin ! dit-il en levant les bras vers une silhouette au fond de la salle de banquet. Nous vous avons bien attendu et vous êtes en retard… Aegwynn.
-Oui je sais, répondit la silhouette qui se dessinait de plus en plus. Donc c'est le p'tit que tu m'as parlé ?
-Aegwynn… La… La Gardienne ? bégaya Simone en se levant et en faisant une révérence.
-Simone, voyons ne bégayez pas comme ça devant notre invitée ! Mais oui il s'agit bien de Aegwynn la Gardienne de Tirisfal, mère de Medivh et toute la tralala, relata l'archimage en se tournant vers Greys. Mon p'tit, tu vas apprendre des nouvelles choses avec cette gentille dame, compris ?
-Oui monsieur…
-Simone vous resterez avec Greys également, clair ? rajouta-t-il.
-Bien.

L'ombre d'Aegwynn s'approcha de l'elfe et de l'humain. Greys put remarqué que Aegwynn était banalement habillée et qu'elle était également une humaine. Elle avait un visage doux, sans ride et ni cicatrice, mais comme sa garde avait prononcé son nom, elle devait être d'une grande puissance pensa-t-il.

-D'abord je pense que nous devrions tous dormir, il se fait tard, dit la Gardienne en regardant un drôle de sablier.

***
Greys n'hésita pas à s'endormir rapidement, la journée était pleine d'endurance mais d'émotion de curiosité envers cette étrange Aegwynn.

-Donc, tu viens d'avoir la visite de Aegwynn, la Gardienne de Tirisfal… Veux-tu que je te raconte son histoire p'tit être ? Je le pense, dit une voix mystérieuse mais familière. Il s'agit de quelqu'un de très puissant qui a battu le seigneur de la Légion Ardente Sargeras, un démon. Elle a un fils… Medivh. Enfin elle en avait un, il a été corrompu justement par ce démon qu'elle a vaincu autrefois, il fut tué par son meilleur ami ainsi que par son apprenti. Certe triste mais c'est l'histoire. Elle a été comment dire… Le plan mortel a cru qu'elle avait disparu de votre surface pour tout dire, elle attendait le bon moment. Tu as une grande chance être de chair. Mais sache que l'invasion va bientôt revenir et vous serez pas prêt. Pas pour l'instant. Quoi donc ? Tu essaies de communiquer ?
-Oui, murmura Greys avec un signe de la tête.
-Nous nous parlerons en personne… Petit être, finit la voix dans un rire doux.



Dans la chambre à côté, Aegwynn paru nerveuse tout en faisant les cents pas.

-Il entend des voix tu dis ? demanda-t-elle.
-Exact, répondit Xylem.
-Mais quoi comme voix…Plutôt humain ou… ?
-Aucune idée, il n'en dit pas plus. Mais il sait que c'est quelqu'un de gentil, enfin… Je présume et j'espère.
-ll faut en être sûr car ce petit peut être important dans les avenirs comme l'a été… Bref passons. Et l'elfe, qui est-ce ?
-Son garde du corps, très sympathique mais prend vite colère lors de mes blagues.
-Fais-tu toujours aussi tes blagues ridicules comme l'escalier ? demanda la Gardienne avec un petit sourire.
-Oui c'est un classique mais ça amuse toujours la galerie ! Bref je devrai aller me coucher… Demain je dois partir, juste pour la journée, on a besoin de moi plus bas vers les côtes d'Azshara.
-Bien, bonne nuit alors je vais rester éveillé encore un petit instant pour méditer.

A peine finit la phrase, l'archimage fut déjà parti. Aegwynn soupira puis se mit à se concentrer. La nuit allait être douce pensa-t-elle.


Dernière édition par Sly le Sam 19 Mar 2011 - 15:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sly
Admin
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Devant mon Mac voyons !

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Sam 26 Fév 2011 - 10:31

Disponible en format Flash-Livre :
Greys

AVIS : Augmentez bien la taille de votre fenêtre pour mieux lire !


EDIT : Nouvelle forme de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sly
Admin
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Devant mon Mac voyons !

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Sam 19 Mar 2011 - 16:12

Voilà un peu les new's prévu pour Greys !

Cycle premier :
-Chapitre 1 à 4 entièrement refaits.
-En cours de retraduction du 5 à 8.

Cycle deuxième :
-Tient sur 1 post uniquement au lieu de 4.

Cycle troisième :
-En cours de schématisation.

Tome 2 :
-Premier chapitre prévu pour début/mi-Avril
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jormunttar

avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 15/03/2011
Age : 25
Localisation : Un ver cuirassé ca ne cour pas les rues enfin je crois

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Dim 20 Mar 2011 - 10:44

jai un peu lut le debut et javou jaime bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sly
Admin
avatar

Messages : 186
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : Devant mon Mac voyons !

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Ven 8 Avr 2011 - 16:51

Cycle premier :
-Chapitre 1 à 6 entièrement refaits.
-En cours de retraduction du 7 à 8.

Cycle deuxième :
-Prochainement, chapitre 14

Cycle troisième :
-Scénario en cours.

Version Flash :
-En cours d'adaptation.

Tome 2 :
-Premier chapitre prévu pour Juin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin


Messages : 259
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   Ven 8 Avr 2011 - 21:14

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pantoufle.monempire.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Greys, Tome 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Greys, Tome 1
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] La Civilisation Xalean: Tome 1
» [Fan-Fiction] L'histoire de skiro tome 2 :sanita
» [Fan-Fiction] L'Héritage: Tome 1, Sokar
» [RP - Tome 1] UKNA sur la planète des singes.
» Les Crhonique d'Iruka-sama (Iruka l'Intrépide Tome 1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bibliothèque d'Ebène :: Greys-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux vidéo | World of Warcraft